Le Dragon Galactique

Forum littéraire pour discuter de vos lectures fantastiques, de fantasy et de science-fiction
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Dragons et mythologie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Esus
Dragonnier
Dragonnier
avatar

Masculin Nombre de messages : 2088
Age : 29
Localisation : Dans l'infini de mon imaginaire ...
Auteur préféré : Dan Simmons/F.Herbert/J.Keats/J.Verne ...
Date d'inscription : 26/03/2009

MessageSujet: Dragons et mythologie.   Mer 25 Aoû - 20:23

Avant toute chose: vous pouvez contribuer à ce topic si jamais vous avez des sources, des versions de certaines légendes, de noms de dragons mythologiques que je n'ai pas.

Puisque nous passons pas mal de notre temps à parler à propos des dragons, je me suis dis que ce sujet pourrait être approprié à ce forum.

Le sujet est vaste, presque trop en un sens, on retrouve des traces de ces animaux merveilleux et fabuleux dans presque toutes les croyances humaines (des primitives aux plus récentes) ce qui pose bien sur problème pour faire des recherches.

Alors il ne faudra pas chercher ici une réflexion ni même un ordre précis mais juste des informations diverses et variées sur le sujet en question.

On peut faire l’amalgame des dragons et serpents dans les mythes, aussi nous parlerons des deux.

Pour commencer une petite liste de quelques dragons célèbres dans les mythes suivit de la même chose pour les serpents. Pour quelques uns je donnerais une version courte du mythe car ils sont plutôt mal connus du grand public.

-Apalala, un dragon de rivière mythique, converti au Bouddhisme. Il a été converti au bouddhisme par Bouddha lui-même. Cette légende est une des favorites de la culture bouddhiste.

Bouddha et Apalala (Hsuan-Tsang Version)
Le «Ta Fang-yu chi hsi» par Hiuan-tsang (un érudit chinois qui a écrit sur l'Inde) raconte l'histoire d’Apalala. Kâçyapa Bouddha était un homme avec le pouvoir de contrôler la météo. Il l'a fait en contrôlant les dragons maléfiques qui pourraient apporter des tempêtes. En retour, la population locale lui a offert des grains. Les gens ont commencé à oublier d'offrir le grain et Kâçyapa se mit en colère. Il pria qu'il allait devenir un dragon, afin qu'il puisse les punir.
Cela a été accordé. Après sa mort, il est devenu l’Apalala dragon et fait de son domicile dans un étang en Udhyana (ancien nom de la région de la vallée de Swat). Il a détruit la région avec des orages et la pluie. Cela a continué jusqu'à ce que le Bouddha Sakyamuni ait visité la région. Il persuada Apalala que ce qu'il faisait était mal. Ils sont venus à un accord par lequel Apalala cesserait sa destruction en échange d'une récolte tous les douze ans. Plutôt que de s'appuyer sur le peuple de fournir l'offre, il considérera lui-même par les inondations des terres.

-Bolla (appelé également Bullar), un dragon assoupi, dans la mythologie albanaise.
Dans la mythologie albanaise antique, le Bolla (connu sous le nom de Bullar Albanie du Sud) est une sorte de dragon (ou une créature démoniaque ressemblant à un dragon), avec un corps serpentin long et enroulé, quatre pattes et de petites ailes. Ce dragon dort tout au long de l'année, sauf le jour de la Saint-Georges, où ses yeux d'argent à facettes scrutent le monde extérieur. Il reste ainsi jusqu'à ce qu'il voit un être humain, qu'il dévore avant de fermer les yeux et de se rendormir. Une fois dans sa douzième année, la bolla se transforme progressivement. Il obtient neuf langues, des cornes, des épines et de grandes ailes. Il apprend à utiliser son don de cracher le feu. Il devient alors Kulshedra. Le Kulshedra provoque la sécheresse et vit grâce aux sacrifices humains. Le Kulshedra est parfois présenté comme une femme avec un énorme corps velu et des seins pendants.

-Con rit, un dragon d'eau de la mythologie vietnamienne.
Difficile de trouver des informations sur celui-là car il semble se confondre avec une espèce de serpent de mer du coin. Il faut savoir que même cette espèce est plus ou moins une légende, nous avons donc un dragon qui se confond peut-être avec une véritable espèce qui a été très peu observée et qui nourrit des légendes diverses.

-Fafnir, un nain transformé en dragon, dans la mythologie nordique.

Fáfnir est, dans le cycle de Sigurd de la mythologie scandinave, le fils de Hreidmar, originairement un nain (ou un géant dans L'Or du Rhin) relativement puissant, qui, après s'être emparé du trésor maudit de son père, prit la forme d'un dragon afin de le protéger. Il fut finalement mis à mort à l'instigation de son propre frère Regin, par son neveu Sigurd.
Pour plus d’informations : http://mythologica.fr/nordique/fafnir.htm

-Gorynych, mythologie russe.

Il s’agit d’un dragon vert à trois têtes. Il marche sur deux pattes arrière et possède deux petites pattes avant.
Il semble que certains dragons slaves symbolisent les Mongols ou d’autres peuples des steppes. Comme Saint George représente le christianisme et qu’il est tueur de dragon (symbole de Satan) … on perçoit toute la valeur de la symbolique.

-Graoully, dragon du folklore messin.

Le Graoully est un animal mythique, vivant dans l'arène de l'amphithéâtre de Metz, qui aurait dévasté la ville avant d’être chassé hors du pays par saint Clément de Metz, premier évêque de la ville au IIIe siècle. Cette légende représentait la destruction des religions païennes par le christianisme. Le nom du Graoully, dont la graphie se décline encore en Graouli, Graouilly, Graouilli ou Graully, trouve son étymologie dans l’allemand gräulich qui signifie « monstrueux »
Pour de plus amples informations : http://graoully57.ifrance.com/

-Le Coulobre de Lalinde, dragon dans le folklore du Périgord pourpre.

C'était un dragon, le Coulobre, qui habitait une caverne druidique prés de Lalinde et enlevait les malheureux habitants du sommet de leur murailles et les bateliers dans leurs bateaux, il se repliait ensuite dans son repaire et y dévorait sa proie. Il était d'une immensité incroyable. La légende raconte que le Coulobre avait un pied sur le haut de la colline surplombant Lalinde, à l'endroit où fut construit l'église de Saint-Front et l'autre pied dans la Dordogne Au Saut De La Gratusse. L'apôtre Saint-Front fit dresser un bûcher sur la colline voisine et ordonna au dragon de s'y précipiter. Le monstre se traîna lui-même au milieu des flammes et La Linde qui à l'époque s'écrivait en deux mots fut délivrée.

-Illuyankas dans la mythologie hittite.

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/crai_0065-0536_1992_num_136_2_15099

-Lóng Wáng, Rois Dragons, dans la mythologie chinoise.

À la fois dans la mythologie chinoise et japonaise, les Rois-Dragons occupent une place importante. Généralement haut placés dans le panthéon, ils régissent le climat et sont donc l'intermédiaire entre l'homme et les dieux. Ils séjournent principalement au fond des mers.

Dragons chinois sont très puissants et populaires, étant beaucoup plus facile que leurs homologues de l'Ouest. Ils sont bienveillants et toujours prêt à offrir de l'aide à la demande de la manière correcte.

-Le drac, dragon en catalan, mais aussi génie des eaux, forme du diable sous des aspects très variables, ou lutin.

Drac est un nom qui désigne, principalement en Occitanie et en Catalogne, un grand nombre de créatures imaginaires de formes variables, dont la plupart sont considérées comme des dragons représentant le diable, liés à l'eau et à ses dangers.

L'étymologie de drac est celle de dragon, du latin draco ou du grec drakon. La rivière de ce nom, le Drac, dont l'étymologie plus certaine est Drau, a été représentée par une figure de créature hybride du drac occitan, génie des eaux. La correspondance avec le dragon étant renforcée par les multiples « colères » dévastatrices de la rivière qui inondait la ville de Grenoble avant d'être déviée et canalisée par des digues (le serpent et le dragon étaient les noms donnés à l'Isère et au Drac).

-La Tarasque, folklore de Tarascon.

La Tarasque , dite aussi « bête faramine » est un animal du folklore provençal. Elle était censée hanter les marécages près de Tarascon, détruisant tout sur son passage et terrorisant la population. Ce monstre est une sorte de dragon à six pattes courtes comme celles d'un ours, un torse comme celui d'un bœuf, recouvert d'une carapace de tortue et muni d'une queue écailleuse se terminant par un dard de scorpion. Sa tête a été décrite comme étant celle d'un lion aux oreilles de cheval avec un visage de vieil homme.

-Le dragon rouge (représentant le peuple breton) en lutte contre le dragon blanc (figurant les saxons), prophétie de Merlin au chapitre 42 de l'Historia Brittonum de Nennius (première mention).

-Ryūjin, dieu de la mer dans la mythologie japonaise.

C’est le dieu de la mer dans la mythologie japonaise. C'est un dragon, symbole de la puissance de l'océan, pourvu d'une large gueule et capable de prendre forme humaine. Il vit à Ryūgū-jō d'où il contrôle les marées grâce à des joyaux magiques. Les tortues marines, les poissons et les méduses sont souvent décrites comme étant ses serviteurs.
Ryūjin est le père de la magnifique déesse Otohime qui épousa le prince chasseur Hoori. Le premier empereur du Japon, Jimmu, étant présenté comme le petit-fils d'Otohime et de Hoori, Ryūjin est considéré comme l'un des ancêtres de la dynastie impériale japonaise.

-Le Long, dragon de la mythologie chinoise.

Le dragon oriental est l'un des deux grands types de dragons et s'oppose au dragon occidental dans le sens qu'il n'est pas automatiquement mauvais. Il représente les forces de la nature et dès lors doit être considéré avec précaution car, comme la nature, il peut être dangereux. Différentes formes, aux noms différents, existent en Asie, néanmoins de morphologie assez semblable. Le dragon chinois est le plus représentatif de tous, créature de la civilisation chinoise qui régna sur une grande partie de l'Asie. À travers les cultures orientales se retrouve la symbolique du dragon en tant que représentant de l'empereur ou du représentant du pouvoir.

-Le Yong, dragon de la mythologie coréenne.

Le dragon coréen est dérivé de son pendant chinois. Comme lui il est associé à l'eau et à l'agriculture, amenant les nuages et la pluie. Par conséquent les dragons coréens habitent généralement les fleuves, les lacs, les océans ou même les profonds des hautes montagnes.

D'anciens textes mentionnent parfois des dragons sensibles capables de parole et de comprendre des émotions complexes comme la dévotion, la bienveillance et la gratitude. Une légende coréenne, en particulier, parle du grand roi Munmu qui, sur son lit de mort, souhaita devenir « un dragon de la mer de l'Est » afin de protéger la Corée.
Les mythes coréens expliquent que pour devenir un dragon, un serpent doit vivre un millier d'années. À ce moment une perle tombe du ciel que le serpent doit attraper dans sa bouche. S'il réussit il devient un dragon, s'il échoue il doit attendre 1000 autres années.

-Le Ryū ou tatsu, dragon de la mythologie japonaise.

Comme les autres dragons asiatiques, le dragon japonais est une créature serpentine apparentée au long chinois. Tout comme lui il est dépeint comme aptère, et possédant de courtes pattes griffues ainsi qu'une tête portant des cornes ou des bois. Mais le ryū se distingue généralement des autres dragons asiatiques du fait qu'il ne possède que 3 orteils contrairement au lóng ou au ryong.
Il est associé aux étendues d'eau, aux nuages ou au ciel. En premier lieu on les relie à la mer, le Japon entouré par l'océan étant moins enclin à la sécheresse que la Chine. Les dragons japonais ont tendance à être plus fins et à voler moins souvent que leurs pendants vietnamiens, coréens ou chinois, ce qui les font davantage passer pour apparentés aux serpents.

-Le Rồng, dragon de la mythologie vietnamienne.

Au Vietnam, le dragon (rồng ou long) est la figure sacrée la plus importante. Comme les autres dragons asiatiques il fut fortement influencé par le dragon chinois. Selon le mythe de la création en vigueur au Viêt Nam, tous les vietnamiens sont les descendants d'un dragon et d'une nymphe des montagnes.
Comme en Chine, le dragon apporte la pluie, essentielle pour l'agriculture. Il représente aussi l'empereur, la puissance de la nation et est le symbole du yang, principe de vie et de croissance.


Liste des serpents à venir (pour une prochaine fois en somme).

_________________
On apprend des autres, on enseigne aux autres. C'est le but de toutes vies, car en apprenant on avance en tant qu'espèce.
Avant Dune: la maison corrino.
Un poète est la chose la moins poétique qui soit; car il n'a pas d'identité, il est constamment forme et matière d'un autre corps. Le soleil, la lune, la mer, les hommes et les femmes, créatures impulsives, sont poètiques et possèdent en elles un attribut permanent, le poète n'en possède aucun; il n'a aucune identité, il est certainement la moins poétique des créatures de Dieu.
John Keats, 27 octobre 1818, lettre à Woodhouse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niemar
Dragonnier
Dragonnier
avatar

Masculin Nombre de messages : 2867
Age : 31
Localisation : Mais where is Brian?!
Dernier Livre lu : Les Derniers Carnets du Major Thompson (Daninos)
Auteur préféré : Paul Kearney
Date d'inscription : 09/04/2010

MessageSujet: Re: Dragons et mythologie.   Mer 25 Aoû - 20:35

Je pourrais t'en sortir quelques uns de chinois, mais j'ai la flemme d'ouvrir ce livre très intructif qui croule sous la poussière et du nom simple de "Mythologie".

"originairement un nain (ou un géant)"

Jerry golay.

_________________
"Sais-tu pourquoi la neige est blanche, Lelouch?.. La neige est blanche parce qu'elle a oublié sa couleur...
-Je ne sais pas pourquoi la neige est blanche, C.C... Mais je sais que la neige blanche est belle."


-Code Geass, Hangakyu no Lelouch.

"C'est le Seigneur Elu, né dans le sel et la fumée!
-Oh. C'est un jambon?"


-A Game of Thrones, saison 2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esus
Dragonnier
Dragonnier
avatar

Masculin Nombre de messages : 2088
Age : 29
Localisation : Dans l'infini de mon imaginaire ...
Auteur préféré : Dan Simmons/F.Herbert/J.Keats/J.Verne ...
Date d'inscription : 26/03/2009

MessageSujet: Re: Dragons et mythologie.   Mer 25 Aoû - 20:38

En ce qui me concerne je suis loin d'en avoir terminé avec ce sujet, mais j'espère qu'un jour ta flemme va te quitter pour enrichir ce topic.

Sinon j'attends des commentaires constructifs dans ce sujet, merci d'avance.

_________________
On apprend des autres, on enseigne aux autres. C'est le but de toutes vies, car en apprenant on avance en tant qu'espèce.
Avant Dune: la maison corrino.
Un poète est la chose la moins poétique qui soit; car il n'a pas d'identité, il est constamment forme et matière d'un autre corps. Le soleil, la lune, la mer, les hommes et les femmes, créatures impulsives, sont poètiques et possèdent en elles un attribut permanent, le poète n'en possède aucun; il n'a aucune identité, il est certainement la moins poétique des créatures de Dieu.
John Keats, 27 octobre 1818, lettre à Woodhouse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amalitaaa
Dragon de Guerre
Dragon de Guerre
avatar

Féminin Nombre de messages : 1309
Age : 23
Localisation : Lukedonia (mais c'est pas probable que vous comprenez de ce que je parle...)
Dernier Livre lu : Livre 6 du Codex Alera: First Lord's Fury; de Jim Butcher
Auteur préféré : Phillip Pullman, R.E. Feist, Naomi Novik
Date d'inscription : 27/07/2008

MessageSujet: Re: Dragons et mythologie.   Ven 27 Aoû - 4:23

J'ai écouté sur Fafnir dans un livre d'un auteur russe, Les sentinelles de la nuit de Sergueï Loukianenko. Mais bien sur il invente beacoup et il décrit Fafnir comme un des forces de l'Obscurité. Les livres (c'est une trilogie, celui que j'ai mentionné est le deuxième tome) sont très intérésants et il y a plein d'événements ou légendes connus que l'auteur reprend et essaye d'expliquer, comme la légende de Fafnir, un "Autre" (humain avec le pouvoir de rentrer dans le Crépuscule), dont son apparence crépusculaire était celle d'un énorme dragon...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niemar
Dragonnier
Dragonnier
avatar

Masculin Nombre de messages : 2867
Age : 31
Localisation : Mais where is Brian?!
Dernier Livre lu : Les Derniers Carnets du Major Thompson (Daninos)
Auteur préféré : Paul Kearney
Date d'inscription : 09/04/2010

MessageSujet: Re: Dragons et mythologie.   Ven 27 Aoû - 12:26

En fait, la mythologie Scandinave ne possède aucun dragon à proprement parler. Seulement des "serpents ailés". Ils ne sont donc pas censés être immense et dotés de pattes, mais fin et seulement avec des ailes.

_________________
"Sais-tu pourquoi la neige est blanche, Lelouch?.. La neige est blanche parce qu'elle a oublié sa couleur...
-Je ne sais pas pourquoi la neige est blanche, C.C... Mais je sais que la neige blanche est belle."


-Code Geass, Hangakyu no Lelouch.

"C'est le Seigneur Elu, né dans le sel et la fumée!
-Oh. C'est un jambon?"


-A Game of Thrones, saison 2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esus
Dragonnier
Dragonnier
avatar

Masculin Nombre de messages : 2088
Age : 29
Localisation : Dans l'infini de mon imaginaire ...
Auteur préféré : Dan Simmons/F.Herbert/J.Keats/J.Verne ...
Date d'inscription : 26/03/2009

MessageSujet: Re: Dragons et mythologie.   Ven 27 Aoû - 12:29

Comme j'ai dis, on peut confondre parfois les deux dans l'étude des mythes, et d'autres fois il faut faire la différence ... c'est un peu compliqué. En tout l'imaginaire humain nous a donné des dragons, des serpents, des reptiles divers et variés qui ont des capacités incroyables selon les légendes, là est le point commun à toutes ces créatures, voilà pourquoi on peut dans un sens faire l'amalgame. Car après tout, un dragon, un serpent avec des ailes, un serpent à plume ... peu de différences quand même.

Ce qui importe plus que la représentation c'est l'idée en quelque sorte.

En fait on fait l'amalgame sans le faire, je sais c'est pas clair mais que voulez-vous, quand on s'amuse à étudier des domaines si complexes parfois ...

_________________
On apprend des autres, on enseigne aux autres. C'est le but de toutes vies, car en apprenant on avance en tant qu'espèce.
Avant Dune: la maison corrino.
Un poète est la chose la moins poétique qui soit; car il n'a pas d'identité, il est constamment forme et matière d'un autre corps. Le soleil, la lune, la mer, les hommes et les femmes, créatures impulsives, sont poètiques et possèdent en elles un attribut permanent, le poète n'en possède aucun; il n'a aucune identité, il est certainement la moins poétique des créatures de Dieu.
John Keats, 27 octobre 1818, lettre à Woodhouse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PapYmoLoToV
Dragon Galactique
Dragon Galactique
avatar

Masculin Nombre de messages : 2442
Age : 25
Localisation : quelque part avec Eragon
Dernier Livre lu : Servir Froid ; Joe Abercrombie
Auteur préféré : Christopher Paolini ; Naomi Novik ; Michael Morpurgo ; Kristen Britain ; Chris Bunch et pleins d'autres !
Date d'inscription : 01/09/2010

MessageSujet: Re: Dragons et mythologie.   Mer 1 Sep - 21:35

Les histoires comportant des dragons m'on toujours passionés ce sont des créatures magnifique quand on se les imagine dans les livres Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esus
Dragonnier
Dragonnier
avatar

Masculin Nombre de messages : 2088
Age : 29
Localisation : Dans l'infini de mon imaginaire ...
Auteur préféré : Dan Simmons/F.Herbert/J.Keats/J.Verne ...
Date d'inscription : 26/03/2009

MessageSujet: Re: Dragons et mythologie.   Mar 21 Déc - 15:57

Bon, histoire de faire ressurgir un peu ce topic voilà quelques serpents mythologiques:

-Apophis (ou Apopis) est un dieu de la mythologie égyptienne.

Dieu des forces mauvaises et de la nuit, personnification du chaos, du mal cherchant à anéantir la création divine. Son nom Aapep ou Aapef (en égyptien) signifiait «géant» ou «serpent géant». Il est représenté justement sous la forme d'un serpent gigantesque qui s'attaque quotidiennement à la barque de Rê voguant sur le Noun, afin de mettre fin au processus de la création, mais il est chaque fois vaincu. Chaque lever du soleil marquait ainsi la victoire de Rê sur Apophis.

Rê était aidé pour repousser Apophis par d'autres divinités : Seth était désigné par Rê pour défendre la barque divine à l'aide d'un harpon, Isis, à l'avant de la barque solaire, utilisait ses pouvoirs pour priver Apophis de ses sens dans le but de le désorienter, ce qui permettait au chat de Rê, personnification de la déesse Bastet, de décapiter le serpent. Dans des rites destinés à repousser Apophis et les autres puissances nuisibles, des petites figurines sur lesquelles était gravé le nom d'Apophis étaient jetées au feu. On trouve fréquemment des images d'Apophis ligoté et transpercé de flèches.

Il est possible que ce soit l'explication qu'ont trouvée les Égyptiens de l'Antiquité pour expliquer les phénomènes d'éclipse de soleil qui représentaient autant de combats momentanément perdus par le dieu Rê.

-Aspic

Dans la mythologie, l'aspic est un serpent mortel, couronné d'une escarboucle. Il peut être sans pattes mais peut aussi en avoir quatre ou deux. Il raffole de la musique mais sait s'en protéger. Afin de se protéger des paroles de l'enchantement permettant de lui dérober l'escarboucle (une pierre précieuse comportant une variété de grenat rouge foncé d'un éclat très vif) il bouche l'autre avec sa queue de manière à ne plus entendre les conjurations.

Il existe plusieurs espèces d'aspic:
*l'aspic, ceux qui sont mordus meurent de soif.
*le prialis, ceux qui sont mordus meurent en ayant l'impression de tomber dans le sommeil.
*l'haemorrhoïs, la victime perd tout son sang.
*le praester, la victime enfle tellement qu'elle finit par en mourir.

-Zahak, Zahhak, Zahak-e Tāzi aussi connu sous le nom de Bivar-Asp, qui signifie "celui qui a 10,000 chevaux" est un personnage mythique de la Perse antique.

Zahak, personnifie le serpent Azhi Dahaka qui est le mal incarné, sévissant à Bawru (Babylone). Zahak est représenté par un homme avec deux têtes de serpent lui poussant sur les épaules où il a été embrassé par Ahriman; "la tête humaine dénote l'homme physique, et les deux têtes de serpent le principe manichéen dual; le dragon et le serpent étant tous deux des symboles de sagesse et de pouvoirs occultes". Pour garder les serpents calmes, il devait les nourrir avec des cerveaux humains. Chaque jour un certain nombre de personnes étaient tuées et leur cerveau était donné aux serpents. Kaveh, après avoir perdu 17 fils qui ont été tués pour satisfaire l'appétit des serpents, eut soif de justice et de vengeance, s'est rebellé contre Zahak et obtint le support du peuple. Au même moment, le prince Fereydoun, avec le support de Kaveh, chassa Zahak du trône. Zahak usurpe le trône du roi Jamshid (Yima) et après mille ans de règne est vaincu. Mais Zahak ne pouvait être tué; il fut attaché au Mont Damavand, où il restera attaché jusqu'à la fin du monde, moment auquel il serait délivré puis tué par Keresaspa.

-Basilic est une créature légendaire, souvent présenté comme un reptile, mentionné dès l'antiquité greco-romaine comme étant un petit serpent au venin et au regard mortel. Durant le Moyen Âge, il fut plus souvent décrit comme un mélange de coq et de serpent et fut l'objet d'importantes superstitions, tant sur ses origines que sur ses pouvoirs d'empoisonnement et de pétrification. Le basilic apparut dans de nombreux bestiaires et des encyclopédies avant de devenir, à l'époque moderne, une créature du bestiaire de nombreux jeux de rôle.

Le basilic est censé être né, comme la plupart des serpents mentionnés par la mythologie grecque, du sang qui coula de la tête tranchée de la gorgone Méduse alors que Persée volait en la tenant dans sa main. Les noms des serpents qui naquirent de ce sang ne sont pas précisés.

Aristote (IVe siècle av. J.-C.) aurait mentionné le pouvoir de pétrification du basilic : « il est vrai que si le basilic peut nous donner la mort, nous pouvons lui rendre la pareille en lui présentant la surface polie d'un miroir : les vapeurs empoisonnées qu'il lance de ses yeux iront frapper la glace, et, par réflexion, lui renverront la mort qu'il voudra donner » et Alexandre le Grand aurait fait forger un bouclier poli comme un miroir afin de se protéger des basilics lorsqu'il était en route pour conquérir les Indes.

Selon le poète grec Nicandre de Colophon (IIe siècle av. J.-C.), il s'agit d'un serpent de petite taille, au corps brillant. Pline l'Ancien mentionne le basilic comme un serpent portant une tache claire en forme de couronne sur la tête, dont le regard brise les pierres et brûle l'herbe.

Dans la tradition antique, le venin du basilic est réputé mortel et sans antidote. Les Romains attribuaient au basilic des propriétés médicinales pour guérir les maladies et les envoutements.

Dans sa Pharsale, Lucain décrit le basilic comme le roi des serpents africains :

« Nous allons chercher ces reptiles de Libye pour nos morts raffinées ; l'aspic est un objet de commerce ! L'hoemorrhoïs, autre serpent qui ne laisse pas aux malheureux une goutte de leur sang, déroule ses anneaux écailleux. Puis, c'est le chersydre destiné aux plaines des Syrtes perfides, et le chélydre qui laisse une trace fumante, et le cenchris qui glisse toujours tout droit et dont le ventre est tacheté comme l'ophite thébain, l'hammodyie, dont la couleur ressemble, à s'y méprendre, à celle du sable, et le céraste vagabond et tortueux, et le scytale, qui seul, durant les frimas épars, s'apprête à jeter sa dépouille, et la brûlante dipsade, et le terrible amphisboene aux deux têtes, et le natrix, fléau des ondes, et le jaculus ailé, et le paréos dont la queue marque sa route, et l'avide prester, qui ouvre sa gueule écumante et béante, et le seps venimeux, qui dissout les chairs et les os, et celui dont le sifflement fait trembler toutes ces bêtes terribles, celui qui tue avant de mordre, le basilic, terreur des autres serpents, roi des déserts poudreux. »
Lucain, Pharsale, livre IX[5]

La vulgate latine, traduction de la Bible, mentionne aussi le basilic, mais il s'agit d'une mauvaise traduction de l'hébreu Tsépha.

Au Moyen Âge et notamment en France, l'apparence du basilic se modifia : décrit comme un serpent à l'origine, il devint quadrupède et couronné et se vit attribuer une paire d'ailes souvent épineuses, ainsi que la tête, les pattes et les ergots d'un coq, un plumage jaune et un dos crènelé couvert d'émeraudes, parfois aussi avec une tête de reptile ou un crochet au bout de la queue. Il prit généralement l'apparence d'un coq à queue de dragon ou d'un serpent aux ailes de coq, ou d'un dragonnet d'une quinzaine de centimètres de long pourvu d'un souffle délétère et empoisonné.

-L'Hydre de Lerne:

L'Hydre de Lerne est une créature de la mythologie grecque antique : tuer l'Hydre de Lerne fut un des douze travaux d'Héraclès.

Cette créature est décrite comme un serpent d'eau avec parfois un corps de chien possédant plusieurs têtes, dont une immortelle. Ses têtes se régénéraient doublement lorsqu'elles étaient tranchées, et l'haleine soufflée par les multiples gueules exhalait un poison radical, même durant le sommeil de l'animal.

L'Hydre fut engendrée par Typhon et Échidna, puis élevée par Héra sous un platane à proximité de la source Amymoné et du lac de Lerne, en Argolide.

-Ladon:

Dans la mythologie grecque, Ladon est un reptile imaginaire, fils d'Échidna et de Typhon (ou de Phorcys et de Céto, selon les versions). Il est doté de cent têtes, chacune parlant dans une langue différente.

Envoyé par Héra pour protéger les pommes d'or du jardin des Hespérides, il est tué par Héraclès lors d'un de ses douze travaux. Pour le remercier de ses loyaux services, Héra place sa dépouille dans le ciel, là où se trouve désormais la Constellation du Dragon.

-Léviathan:

Le léviathan est un monstre marin évoqué dans la Bible, dans les Psaumes (74,14 et 104, 26), en Isaïe, 27, 1 et au Livre de Job (3:8 et 40:25 et 41:1). Ce nom désigne un monstre colossal, dragon, serpent et crocodile, dont la forme n'est pas précisée ; il peut être considéré comme l'évocation d'un cataclysme terrifiant capable de modifier la planète, et d'en bousculer l'ordre et la géographie, sinon d'anéantir le monde.

Léviathan est également, selon certaines versions, le nom donné à un des démons principaux de l'enfer. Il est représenté au Moyen Âge sous la forme d'une gueule ouverte qui avale les âmes, représenté ainsi comme l'entrée des enfers.

Le léviathan est souvent représenté sous la forme d'un gigantesque serpent de mer, dont les ondulations sont à l'origine des vagues.

Il est souvent identifié à la Bête de l'Apocalypse.

-Python:

Dans la mythologie grecque, Python est un serpent monstrueux, fils de Gaïa (la Terre), ou bien d'Héra selon les traditions. Sa filiation avec Gaïa montre qu'il s'agit aussi d'une ancienne divinité chtonienne.

Il veillait sur l'oracle de Delphes, consacré primitivement à Thémis. Apollon le perça de ses traits, se rendant ainsi maître de l'oracle, depuis nommé « Pythie » ; et pour apaiser la colère de Gaïa, il créa les Jeux pythiques.

Macrobe, dans les Saturnales, écrit que Python pourchassa, sur l'ordre d'Héra, Léto, la mère d'Apollon, lorsqu'elle était enceinte du dieu et de sa jumelle Artémis. C'est la raison pour laquelle Apollon, tout enfant, tua Python avec ses flèches.

-Yamata-no-Orochi:

C'était un serpent à huit têtes et huit queues, avec des yeux rouges comme le sang, et dont le souffle est venimeux. D'après le Kojiki et le Nihon Shoki sur son corps, qui s'étend sur huit vallées et huit montagnes, poussent de la mousse, des cèdres et des cyprès et sur son ventre coulent des rivières de sang entre ses chairs incandescentes. Il était originaire de la province de Koshi (actuelle région de Hokuriku) et vivait près de la rivière Hi à Izumo. Il se nourrissait d'une jeune fille une fois par an.

Il fut tué par Susanoo qui avait mis à disposition du serpent huit bacs de sake raffiné par huit fois. Affaibli par cette boisson, il ne put résister aux attaques de Susanoo. Ce dernier trouva alors dans la queue du milieu du monstre l'épée Ama no murakumo no tsurugi (Épée qui assemble les nuages célestes), qu'il offrit par la suite à sa sœur Amaterasu.



_________________
On apprend des autres, on enseigne aux autres. C'est le but de toutes vies, car en apprenant on avance en tant qu'espèce.
Avant Dune: la maison corrino.
Un poète est la chose la moins poétique qui soit; car il n'a pas d'identité, il est constamment forme et matière d'un autre corps. Le soleil, la lune, la mer, les hommes et les femmes, créatures impulsives, sont poètiques et possèdent en elles un attribut permanent, le poète n'en possède aucun; il n'a aucune identité, il est certainement la moins poétique des créatures de Dieu.
John Keats, 27 octobre 1818, lettre à Woodhouse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PapYmoLoToV
Dragon Galactique
Dragon Galactique
avatar

Masculin Nombre de messages : 2442
Age : 25
Localisation : quelque part avec Eragon
Dernier Livre lu : Servir Froid ; Joe Abercrombie
Auteur préféré : Christopher Paolini ; Naomi Novik ; Michael Morpurgo ; Kristen Britain ; Chris Bunch et pleins d'autres !
Date d'inscription : 01/09/2010

MessageSujet: Re: Dragons et mythologie.   Mar 21 Déc - 15:57

Il me semble que Apophis apparait dans certains films nan ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esus
Dragonnier
Dragonnier
avatar

Masculin Nombre de messages : 2088
Age : 29
Localisation : Dans l'infini de mon imaginaire ...
Auteur préféré : Dan Simmons/F.Herbert/J.Keats/J.Verne ...
Date d'inscription : 26/03/2009

MessageSujet: Re: Dragons et mythologie.   Mar 21 Déc - 16:01

C'est tout à fait possible. En tout cas il est dans la série Stargate SG1 en tant que Goa'uld. Après, si certains cinéastes ont employé ce serpent légendaire, j'avoue que je ne suis pas au courant (mais je rappel que je ne suis pas cinéphile).

Dragons, serpents, beaucoup sont employés dans films ou séries, romans, BD ou mangas.

_________________
On apprend des autres, on enseigne aux autres. C'est le but de toutes vies, car en apprenant on avance en tant qu'espèce.
Avant Dune: la maison corrino.
Un poète est la chose la moins poétique qui soit; car il n'a pas d'identité, il est constamment forme et matière d'un autre corps. Le soleil, la lune, la mer, les hommes et les femmes, créatures impulsives, sont poètiques et possèdent en elles un attribut permanent, le poète n'en possède aucun; il n'a aucune identité, il est certainement la moins poétique des créatures de Dieu.
John Keats, 27 octobre 1818, lettre à Woodhouse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niemar
Dragonnier
Dragonnier
avatar

Masculin Nombre de messages : 2867
Age : 31
Localisation : Mais where is Brian?!
Dernier Livre lu : Les Derniers Carnets du Major Thompson (Daninos)
Auteur préféré : Paul Kearney
Date d'inscription : 09/04/2010

MessageSujet: Re: Dragons et mythologie.   Mar 21 Déc - 17:23

Dans une exposition organisée dans une église, j'ai vu que le Basilic n'était autre qu'une variante de la Cocatrix (ou Cocatrice, un truc du genre). Il était représenté (sur un bas-relief) avec un corps de coq et une tête de serpent. Le bas-relief représentait l'éternel lute des anges contre le Malin, et on avait d'un coté tous le trucs gentils, et de l'autre tous les trucs méchants. Bon, c'est très vague ce que je dis là.

Mais le guide nous avait expliqué que plus on se rapprochait du centre du bas-relief, plus les... bêtes, on va dire, étaient guidées par l'incertitude : et le Basilic était presque à la limite, la séparation des deux... "cotés" (seule une ou deux créatures, dont un genre de satyre, étaient devant lui). Donc ce n'était pas une créature potentiellement mauvaise, mais qui ne savait pas trop bien dire de quel coté elle était.

Tout du moins, selon le guide.

_________________
"Sais-tu pourquoi la neige est blanche, Lelouch?.. La neige est blanche parce qu'elle a oublié sa couleur...
-Je ne sais pas pourquoi la neige est blanche, C.C... Mais je sais que la neige blanche est belle."


-Code Geass, Hangakyu no Lelouch.

"C'est le Seigneur Elu, né dans le sel et la fumée!
-Oh. C'est un jambon?"


-A Game of Thrones, saison 2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esus
Dragonnier
Dragonnier
avatar

Masculin Nombre de messages : 2088
Age : 29
Localisation : Dans l'infini de mon imaginaire ...
Auteur préféré : Dan Simmons/F.Herbert/J.Keats/J.Verne ...
Date d'inscription : 26/03/2009

MessageSujet: Re: Dragons et mythologie.   Mar 21 Déc - 17:33

C'est tout à fait possible, vous remarquez d'ailleurs que sur les quelques lignes concernant cette créature au Moyen-Âge je n'ai pas parlé de l'appartenance à un côté ou a un autre (car à vrai dire j'en sais fichtre rien).

En tout vas merci à toi de partager cette information via ton souvenir et donc d'enrichir ce topic.

Pour plus d'information pour le basilic:

http://harter.audrey.free.fr/site%20mythologie%20celtique/bestiaire_fantastique.htm

http://www.magie-et-fantasy.com/basilic.html

http://erzy.centerblog.net/3787318-Basilic--Chimere-et-Dracontopode

http://pages.videotron.com/chimere/bestiaire/basilic.html

_________________
On apprend des autres, on enseigne aux autres. C'est le but de toutes vies, car en apprenant on avance en tant qu'espèce.
Avant Dune: la maison corrino.
Un poète est la chose la moins poétique qui soit; car il n'a pas d'identité, il est constamment forme et matière d'un autre corps. Le soleil, la lune, la mer, les hommes et les femmes, créatures impulsives, sont poètiques et possèdent en elles un attribut permanent, le poète n'en possède aucun; il n'a aucune identité, il est certainement la moins poétique des créatures de Dieu.
John Keats, 27 octobre 1818, lettre à Woodhouse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niemar
Dragonnier
Dragonnier
avatar

Masculin Nombre de messages : 2867
Age : 31
Localisation : Mais where is Brian?!
Dernier Livre lu : Les Derniers Carnets du Major Thompson (Daninos)
Auteur préféré : Paul Kearney
Date d'inscription : 09/04/2010

MessageSujet: Re: Dragons et mythologie.   Mer 22 Déc - 19:58

Le dragon. Voilà bien un sujet intéressant. Mais la question première n'est-elle pas: A-t-il réellement existé? Selon Darwin, c'est impossible qu'une telle créature possède six appendices (deux pattes arrières, deux pattes avant, deux ailes), mais rien n'as jamais empêché l'existence de la Vouivre, variante du dragon n'ayant pas de pattes avant (et étant généralement plus grand que le dragon occidental commun qui fait environ 5m, la Vouivre faisant un peu moins de 7. C'est, si j'ai bien compris, un dragon africain).

Du coup, beaucoup (ou peu, en fait, je n'en sais rien) ont poussés les idées folles toujours plus loin ; en voici quelques unes, dont la plus intéressante selon moi...

Le Vol:

S'il est bien une caractéristique immanquable chez le dragon (et les Chevaliers d'Emeraudes peuvent très bien aller voir ailleurs si j'y suis avec leurs dragons n'ayant que des pattes!), ce sont ses ailes. Mais comment des ailes si fines peuvent-elle permettre à une telle créature de voler? Selon certains, la manière est la même que pour les abeilles: les ailes battent le ciel, vite, très vite, au point qu'elle paraisse invisible à l'oeil nue (vous avez tous vue une mouche ou une abeille voler, non? Ben c'est la même chose, mais en beaucoup plus grand Very Happy). Dans un sens, c'est très possible, mais on a l'habitude de voir des dragons majestueux qui font un battement d'ailes toutes les demi heures et pourtant arrivent très bien à voler! Tous ces films où on voit les dragons ne faisant que planer, n'utilisant leurs ailes que pour atterrir ou décoller... Comment serais-ce possible, alors? La seconde explication serait que l'estomac du dragon génère du méthane le faisant léviter comme une montgolfière. Cette explication est d'autant plus crédible lorsqu'on la lie à celle qui démontre que c'est ce même méthane qui leur permet de cracher des flammes!



Source: DRAGONOLOGIE, l'Encyclopédie des Dragons, écrit par Dugald A. Steer, docteur en sciences naturelles de l'université de Bristol, S.A.S.D. (notons que ce n'est pas un livre très sérieux, et il est même d'ailleurs assez enfantin)

Je finirais sur cette petite citation:

"N'en doutons point, nulle beste n'est comparable au puissant dragon par sa puissance ou par sa majesté, ni ne mérite comme lui l'intérêt studieux des sages."

-Gildas Magnus, Ars Draconis, 1465

_________________
"Sais-tu pourquoi la neige est blanche, Lelouch?.. La neige est blanche parce qu'elle a oublié sa couleur...
-Je ne sais pas pourquoi la neige est blanche, C.C... Mais je sais que la neige blanche est belle."


-Code Geass, Hangakyu no Lelouch.

"C'est le Seigneur Elu, né dans le sel et la fumée!
-Oh. C'est un jambon?"


-A Game of Thrones, saison 2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esus
Dragonnier
Dragonnier
avatar

Masculin Nombre de messages : 2088
Age : 29
Localisation : Dans l'infini de mon imaginaire ...
Auteur préféré : Dan Simmons/F.Herbert/J.Keats/J.Verne ...
Date d'inscription : 26/03/2009

MessageSujet: Re: Dragons et mythologie.   Mer 22 Déc - 21:05

Les dragons existent, mais dans l'imaginaire des Hommes. Il me semble que je dois avoir un dossier sur les dragons sur mon PC, qui présente les différentes espèces de dragons avec leurs spécificités propres. Là certes on s'éloigne des mythologies mais bon, si je le retrouve je pourrais toujours le résumer dans ce topic.

Sinon à la BU ils ont des livres sur les monstres, quelques bestiaires, si jamais j'ai le temps un jour, je ferais quelques recherches dedans histoire de ...

Sinon pour les curieux:

http://lorl.free.fr/dragomyt.htm

_________________
On apprend des autres, on enseigne aux autres. C'est le but de toutes vies, car en apprenant on avance en tant qu'espèce.
Avant Dune: la maison corrino.
Un poète est la chose la moins poétique qui soit; car il n'a pas d'identité, il est constamment forme et matière d'un autre corps. Le soleil, la lune, la mer, les hommes et les femmes, créatures impulsives, sont poètiques et possèdent en elles un attribut permanent, le poète n'en possède aucun; il n'a aucune identité, il est certainement la moins poétique des créatures de Dieu.
John Keats, 27 octobre 1818, lettre à Woodhouse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dadafolie
Dragonnier
Dragonnier
avatar

Féminin Nombre de messages : 3138
Age : 22
Localisation : Suisse
Auteur préféré : J. Carey, T.Pratchett, K.J. Parker
Date d'inscription : 09/04/2008

MessageSujet: Re: Dragons et mythologie.   Mer 22 Déc - 23:34

Très chouette cette présentation Very Happy

Je connaissais le mythe d'Apopis, étant passionnée par la mythologie égyptienne il y a quelques années.
Pour l'Aspic, il existe un type de serpent nommé vipère aspic, donc la morsure provoque une mort certaine; on dit d'ailleurs que Cléopatre se serait tuée au moyen de l'un d'entre eux.

On pourrait également nommer Méduse en tant que femme serpent.
Méduse est une des trois gorgones, la seule à être mortelle.
Représentée généralement comme une femme à la chevelure de serpent, elle pouvait pétrifier quiconque croisait son regard (rappel au basilique d'Harry Potter, et aux nombreux serpents réputés hypnotiques).
Mais Méduse n'était pas née sous cette forme, elle la devait à Poséidon qui l'avait séduite dans un temple d'Athéna. C'est cette dernière qui transforme Méduse, et qui aide Persée à l'achever. Pour remercier la déesse, Persée lui offre la tête de Méduse, qui garde ses étranges propriétés une fois fixée sur le bouclier d'Athéna.

On peut également noter que Pégase est né du sang de Méduse, s'extirpant de son corps une fois morte.

Tu n'as pas parlé des serpents des civilisation sud américaines (Incas, Aztèques), et il me semble qu'il y sont importants; aurais-tu des informations sur eux?

_________________
« Visez toujours la lune. Si vous ratez, vous atterrirez parmi les étoiles »
Les Brown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roronoa Seiky
Dragon Galactique
Dragon Galactique
avatar

Féminin Nombre de messages : 2892
Age : 23
Localisation : Quelque part à la quête d'un sens de l'orientation.
Dernier Livre lu : "La mort, j'adore" d'Alexis Brocas
Auteur préféré : Pierre Botero, Stuart Hill.
Date d'inscription : 25/10/2009

MessageSujet: Re: Dragons et mythologie.   Jeu 23 Déc - 0:08

Le serpent Quetzarcoalt (un seprent avec un colier de plume) était considéré comme la divinité principale des Aztèques.

C'est pour cette raison qu'il est très souvent représenté dans les pyramides.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dadafolie
Dragonnier
Dragonnier
avatar

Féminin Nombre de messages : 3138
Age : 22
Localisation : Suisse
Auteur préféré : J. Carey, T.Pratchett, K.J. Parker
Date d'inscription : 09/04/2008

MessageSujet: Re: Dragons et mythologie.   Jeu 23 Déc - 0:26

Merci Very Happy
Me rappelais plus de son nom exact...Intéressant de voir que les serpents sont plutôt honorés sur le continent américains, alors qu'ils sont craint et redoutés en Europe Suspect

_________________
« Visez toujours la lune. Si vous ratez, vous atterrirez parmi les étoiles »
Les Brown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esus
Dragonnier
Dragonnier
avatar

Masculin Nombre de messages : 2088
Age : 29
Localisation : Dans l'infini de mon imaginaire ...
Auteur préféré : Dan Simmons/F.Herbert/J.Keats/J.Verne ...
Date d'inscription : 26/03/2009

MessageSujet: Re: Dragons et mythologie.   Jeu 23 Déc - 11:04

Quetzalcoatl : le Serpent à Plumes

Quetzalcoatl, chez les Toltèques et les Aztèques, dieu et roi légendaire très important, associé d'abord à la végétation puis à la planète Vénus.

Quetzalcoatl dont le nom signifie "serpent à plumes" et "jumeau précieux" était une divinité majeure du panthéon aztèque, aux origines archaïques. En tant que l'un des quatre dieux créateurs, il joua un rôle déterminant dans le mythe des cinq Soleils. Il revêtait aussi de nombreuses formes, les plus célèbres étant le dieu du vent Ehecatl (le dieu bienveillant du Savoir et des Artisans, le dieu des Jumeaux) et le Serpent à Plumes.

Le concept de Serpent à Plumes remonte au moins à la civilisation de Teotihuacan (IIIe-VIIIe ap. J.-C.), la grande cité du plateau central du Mexique. A cette époque, Quetzalcoatl incarnait probablement une divinité de la végétation et était étroitement lié au dieu de la Pluie Tlaloc. Avec les Toltèques, du IXe au XIIe, il devint le dieu de l'Étoile du Matin et du Soir, et c'est sous cette forme qu'il fut vénéré dans la capitale toltèque de Tula.

Les Aztèques intégrèrent Quetzalcoatl et le vénérèrent comme patron des prêtres, inventeur du calendrier et protecteur des artisans. Avec son jumeau, le dieu à tête de chien Xolotl, il pénétra dans l'Inframonde, appelé Mictlan, où il trouva les ossements d'un homme et d'une femme morts lors des quatre cataclysmes cosmiques. Il s'empara des ossements brisés et fuit la colère du seigneur du royaume des Morts. Il arriva ensuite devant la déesse du Foyer Cihuacoatl (Femme Serpent) qui broya les os. Quetzalcoatl les arrosa du sang de son pénis et c'est ainsi que l'humanité fut créée une nouvelle fois.

Il est difficile de dissocier le Quetzalcoatl mythique au roi-prêtre toltèque Topiltzin Quetzalcoatl qui aurait réellement existé et était lui aussi lié au Serpent à Plumes. Cet amalgame est décrit dans l'histoire de sa rivalité avec Tezcatlipoca, le dieu de la Nuit et du Nord.

Tandis que Quetzalcoatl demandait à ses sujets de faire des sacrifices pacifiques (offrande de jade, d'oiseaux, de serpents, de papillons), Tezcatlipoca voulait imposer des rituels plus sanglants. Ils s'affrontèrent et Quetzalcoatl fut expulsé de Tula en 987 ap. J.-C. Il se rendit avec son peuple vers le golfe du Mexique, s'immola sur un bûcher et ressuscita sous la forme de la planète Vénus.

Dans une autre version, Quetzalcoatl s'embarqua sur un radeau de serpents et disparut à l'horizon vers l'est. On racontait qu'il reviendrait un jour. Cette prophétie fut exploitée ensuite par Cortès qui, lorsqu'il toucha le sol mexicain en 1519, fut pris par l'empereur aztèque Moctezuma pour Quetzalcoatl venant reprendre possession de son royaume.

La légende de l'exil de Quetzalcoatl reflète sans doute des changements survenus dans la religion et dans la société toltèques comme le déclin des cérémonies traditionnelles à caractère agraire, associées au dieu, au profit des sacrifices humains, liés à la prise de pouvoir des classes guerrières.

Sinon:

Pour ce qui est de l'Australie:

http://vivrevouivre.over-blog.com/article-27896123.html




_________________
On apprend des autres, on enseigne aux autres. C'est le but de toutes vies, car en apprenant on avance en tant qu'espèce.
Avant Dune: la maison corrino.
Un poète est la chose la moins poétique qui soit; car il n'a pas d'identité, il est constamment forme et matière d'un autre corps. Le soleil, la lune, la mer, les hommes et les femmes, créatures impulsives, sont poètiques et possèdent en elles un attribut permanent, le poète n'en possède aucun; il n'a aucune identité, il est certainement la moins poétique des créatures de Dieu.
John Keats, 27 octobre 1818, lettre à Woodhouse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niemar
Dragonnier
Dragonnier
avatar

Masculin Nombre de messages : 2867
Age : 31
Localisation : Mais where is Brian?!
Dernier Livre lu : Les Derniers Carnets du Major Thompson (Daninos)
Auteur préféré : Paul Kearney
Date d'inscription : 09/04/2010

MessageSujet: Re: Dragons et mythologie.   Mer 14 Sep - 16:19

Louuuuche! *cri de guerre*

Les dragon Chinois (rien à voir avec la louche) sont souvent connus, grâce aux films ou aux documentaires où l'on voit le nouvel an Chinois. Malgré tout, la mythologie Chinoise n'est pas mon domaine, aussi je vais vous parler d'un cousin peu connu : le dragon Japonais.

Les dragons sont, dans le Shintô (mythologie Japonaise pure et dure, contrairement au Bouddhisme, produit d'importation Indienne, malgré un grand nombre de bouddhas Japonais), assez rares. On peut les confondre avec les Kamis, des dieux plus ou moins mineurs dont le nombre défie l'imagination et qui sont appelés les "800 myriades de dieux", alors que ces Kamis sont plus proches des Esprits de la Nature dans la mythologie scandinave, ou encore des Dryades, Hamadryades, Océanides, Néréides et autres Oréades venues de Grèce. Ce sont en effet des déités protectrices (contrairement aux Yôkai, tantôt maléfiques, tantôt farceurs) vivant dans les rivières, les montagnes, le ciel, le vent, les nuages, les mer, les océans, les cascades, les rochers, les temples et bien d'autres. Leurs apparences multiples ont pu faire confondre des Kamis de volcans ou de montagnes avec des dragons, mais le dragon Japonais existe bel et bien en tant que tel dans la mythologie Nippone.

Le Roi-Dragon du Lac Biwa en est l'exemple le plus connu. Il apparaît dans une légende où Hidesato, un samurai vagabond semble chercher l'aventure. Le Roi-Dragon se couche à la fin d'un pont et le samurai passe au dessus de lui sans peur. La bête se transforme alors en homme, couronné d'un casque à tête de dragon, et lui demande de l'accompagner dans sa demeure sous le lac Biwa, car il a fait preuve d'un grand courage et sa force est requise. En effet, durant un banquet à son honneur (la légende cite "un orchestre de carpe" et des poissons rouges "aux danses sensuelles"), le vaillant guerrier apprend que Mikami, un Mille-Pattes géant (de part sa représentation graphique similaire à celle trouvée dans d'autres emakimono - rouleaux japonais - j'en ai déduis que c'est un Yôkai, mais je n'ai jamais vu mon hypothèse figurer ailleurs), descend fréquemment du mont Mikami pour se nourrir de la famille du Roi-Dragon, et celui ci sera le prochain. Le guerrier, par la suite, affronte le Mikami et le tue d'une flèche recouverte de sa salive après plusieurs tentatives échouées. Le Roi-Dragon lui offre alors un sac de riz inépuisable (symbole très important au Japon) qui vaut au samurai le surnom de Tawara Toda (Seigneur du Sac de Riz), des cloches que le guerrier donne par la suite à un temple et d'autres dons précieux mais moins notables, comme un chaudron bouillant sans feu et un rouleau de soie déroulant toujours le tissu le plus fin.

Dans cette légende, on apprend plusieurs choses : comme presque partout ailleurs, les dragons sont intelligents et savent communiquer. Mais là, le Roi-Dragon du lac Biwa est même capable de se transformer en humain. En revanche, même s'il fait peur aux passants car il est imposant, il ne semble pas si puissant que ça. Il a laissé le Mille-Pattes tuer sa famille sans la protéger. Lâcheté ou faiblesse? L'honneur étant d'ordre important au Japon, je pencherais plutôt vers une infériorité physique pur et simple, qui l'oblige à faire appel à un simple humain. Bon, d'accord, il ne faut pas oublier que Mikami recouvrait tout le flanc visible du mont d'où il venait quand même. L'humain, d'ailleurs, tue le Mille-Pattes en rusant quelque peu (et, il faut l'avouer, clairement par hasard... ben oui, parce que pour vous la salive permet de percer les carapaces?). Est ce que les dragons Japonais ne sont pas si malins que ça, contrairement aux dragons Chinois?

On apprend dans ce mythe que Hidesato, renommé Tawara Toda, offre les deux cloches qu'il a reçu en récompense à un temple proche du lac Biwa. Ayant une connaissance limitée mais malgré tout existante des habitudes des temples bouddhistes Japonais (le mot "temple" m'as aussi mis sur la voie, car un "temple" shintô s'appelle un sanctuaire... en même temps, je crois qu'on dit "monastère" pour les bouddhistes xD), j'avance une nouvelle petite hypothèse. Il est fort possible que, malgré le fait que ce soit une légende shintô, les cloches soient le symbole d'un quelconque temple bouddhiste qui ai commandé à un artiste Japonais de peindre de cette histoire afin d'en faire celle du monastère. En effet, il était très fréquent à cette époque (l'emaki que j'ai pu regarder date du XVIIème siècle, le bouddhisme arrivant au Japon vers le XIème siècle et s'étendant vers les XVème et XVIème siècles) que les temples aient une histoire qui leur était propre ; elle pouvait relater la création du temple, la vie de son bouddha affilié, ou d'autres faits notables qui se seraient passés dans les parages. L'oeuvre de ce genre la plus connue est sans aucun doute l'Histoire Merveilleuse de la fondation du Mont Shigi (Shigisan engi emaki)... dans laquelle un ascète fait voler un greniez à riz via son bol à nourriture... Mais ça, c'est une autre histoire Wink

_________________
"Sais-tu pourquoi la neige est blanche, Lelouch?.. La neige est blanche parce qu'elle a oublié sa couleur...
-Je ne sais pas pourquoi la neige est blanche, C.C... Mais je sais que la neige blanche est belle."


-Code Geass, Hangakyu no Lelouch.

"C'est le Seigneur Elu, né dans le sel et la fumée!
-Oh. C'est un jambon?"


-A Game of Thrones, saison 2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roronoa Seiky
Dragon Galactique
Dragon Galactique
avatar

Féminin Nombre de messages : 2892
Age : 23
Localisation : Quelque part à la quête d'un sens de l'orientation.
Dernier Livre lu : "La mort, j'adore" d'Alexis Brocas
Auteur préféré : Pierre Botero, Stuart Hill.
Date d'inscription : 25/10/2009

MessageSujet: Re: Dragons et mythologie.   Mar 20 Déc - 17:28

Finn Mac Cumhill, et le Lac Rouge.

Finn Mac Cumhill est un guerrier celte, au IIIème siècle D.C (je pense l'équivalent espagnol de après J;C). Il fut éduqué par le druide Finegas. Le duide savait que Finn était promis à une grande destiné.
A l'âge adulte Finn dirigeait une armée connue sous le nom des "Fianna" qui en temps de paix était composée de 3 Bataillons de 3000hombres chacuns contre 7bataillons identiques en temps de guerre. Pour rentrer dans cette armée il fallait subir des épreuves terribles, l'une d'elle consistait à enterrer l'aspirant jusqu'à la taille, le munir d'un bâton ainsi que d'un bouclier pour le frapper avec 9 lances en même temps. S'il était blessé, on le rejetait. Sinon il devait jurer de respecter ses engagements imposés par cette formidable armée (c'est à dire ne jamais forcer une femme, jamais accepter une dot de son épouse, jamais refuser la requête d'un homme qui lui demandait de l'aide, jamais fuir la lutte, et s'il mourrait sa famille ne devait pas demander une indemnité.) Deplus, l'aspirant s'engageait également pour 17ans d'études afin de devenir "File" (poète).
Rapidement Finn se cultiva une bonne réputation de tueur de monstre et de géant à travers l'Irlande.
Une fois Finn et son armée chassait sur des terres qui se situaient à la lisière du Locha Bain (Lac Blanc). Un monstre apparaut, surgissant des profondeurs du lac. Ce monstre à la forme de dragon posa ses exigences au groupe. Les Irlandais devaient lui payer un lourd tribut journalier en (dans le texte : Piezas de caza?) contre leur vie. Les hommes refusèrent de payer ce tribut alors une guerre féroce commenca entre la bête et les hommes. Guerre dans laquelle beaucoup d'Irlandais furent dévorés par le monstre. Finalement, Finn, sans armes, uniquement avec ses mains parvint à briser une patte du monstre, lui donnant la mort. La sang du monstre se mélangea avec l'eau, et depuis, pour Finn le lieu ou se déroula la lutte est devenu le Locha Deirg (Lac rouge).

Ironiquement dans une autre bataille Finn fut estropié très lourdement, pour semer ses adversaire il voulut sauter une fleuve mais s'écrasa fatalement la tête contre des rochers.
Source : Historias y leyendas celtas, traduction "maison" .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abusooru
Oeuf de Dragon
Oeuf de Dragon
avatar

Masculin Nombre de messages : 1
Age : 19
Localisation : 57
Dernier Livre lu : Le Seigneur des Anneaux (intégral)
Auteur préféré : J. R. R. Tolkien ; Paolini ; Bernard Werber
Date d'inscription : 01/09/2012

MessageSujet: Re: Dragons et mythologie.   Dim 2 Sep - 19:05

Bonjour bonjour, je suis nouveau ici, je viens de tomber sur ce sujet en faisant une recherche pour un dessin (combat entre deux dragons, l'avancement se trouve sur ma galerie DA, le lien sur mon ava est celui de mon profil, d'où on peut accéder à la dite galerie et j'attends d'avoir des pile pour mon appareil photo avant de vous envoyer la version actuelle si ça intéresse) à peu près fini auquel je voulais attacher une certaine signification, mais en essayant de trouver des dragons apparaissant dans quelque légende ou une "dragonnification" d'une légende... Je pensais particulièrement à des légendes scandinaves (j'aime beaucoup cet univers là) ou celtes...


Alors je me présente, quand même, vais pas venir comme ça et balancer mon truc non plus %)
Donc en fait, comme je l'ai déjà dit, je dessine (pour le dessin là, c'est de l'encre, mais en général, je fais surtout du crayon N&B et du digital, je cherche des nouveaux points de vue anatomiques pour les dragons en général, notamment quand à la capacité à voler, pour rendre quand même mes créatures un maximum réaliste, même si ça reste du fantastique, pour de si grosse bêtes (d'ailleurs, Niemar, j'aurais peut-être quelques questions sur la possibilité du vol, le coup du méthane m'a l'aire bien intéressant... Jusqu'à maintenant, je me disais qu'un gros dragon ne peux pas voler (une étude à démontré qu'un animal de plus de... euh je sais plus, ça tourne autour de 35/40 kg ne peux pas voler ; avec son poids, pour décoller, il lui faut plus de muscles, lesquels pèsent un certain poids aussi... et ça forme un cercle vicieux. alors les bêtes qui dépassent ce poids ne peuvent en conséquent que planer) Seule solution alors : le dragon doit être plus petit, et même là, il doit avoir des pectoraux énormes... enfin ça m'intéresserais d'avoir ton avis)
Et ensuite, donc, je m'intéresse aussi beaucoup aux mythes et légendes, notamment celui de l'Atlantide et des dragons. les légendes scandinaves en général, aussi parce que j'aime énormément ces Pays-là! ~<3


Voilà, donc en gros, pour mon encre, je cherchais une façon de caser en mes dragons le message suivant : De nos jours, on fait tout pour nous attirer vers le "faux", l'artificiel, le progrès. Alors d'accord, ça facilite la vie, mais ça nous emprisonne dans un monde régi par l'argent, dont les chefs sont les grosses entreprises qui vendent autant que possible. Bref non seulement on oublie la nature avec laquelle nos ancêtres ont vécu, on l'ignore et voilà qu'on vas même à sa perte.
En gros, c'est l'idée, et je voulait "personnifier" chaque "camp", pour lui donner une forme de dragon, un peu comme pour la légende de Merlin. Alors le vert, en haut, avec tout les artifices, c'est le premier camp, le "faux". On voit qu'il est beau, plein de force, il vit dans un temple à sa gloire, (fond à venir) et il en impose, il est au dessus. Enfin on dirais... ce dragon de lumière, il symbolise tout ce que le progrès apporte : confort, beauté, confiance, mais il a changé nos vies, il est ce qui apparaît le "bien" à l'œil, mais comme la lumière aussi, il brûle. car derrière ce dragon qui casse les colonnes de son propre temple, il y a un manipulateur qui cherche à rendre dépendant.
Le dragon de glace, en dessous, dans sa grotte, sans artifice, naturelle, une grotte de glace où sont façonnées des formes qu'on peut prendre pour ce qu'on veut, mais c'est la nature, la glace, c'est la force naturelle qui se fait fondre petit à petit par l'écrasante lumière que tout le monde rejoint. Mais la glace c'est l'eau, l'eau la vie, mais il faut savoir la tirer du bloc de base. Sans cette vie qu'offre la nature, tout s'écroule en chaîne et finit par détruire la lumière elle-même... au final, la lumière finit par retourner son feu contre elle-même. Et nous avec.




Donc le principe (l'explication est bien longue, d'ailleurs, désolé ^^" ) part de quelque chose de simple et de souvent repris, mais je voulais vraiment le faire ressortir dans le dessin sous forme d'une sorte mythe, tiré d'autres légendes que je pourrais écrire sur la coupole qui constitue le toit du temple de lumière, peut-être en runes, je sais pas encore. Je le réutiliserais aussi pour la présentation du dessin.

alors je me demandait si vous seriez d'accord de m'aider à trouver, en passionnés de dragons certainement depuis plus longtemps que moi, les dragons les plus appropriés à cette symbolique. j'avais déjà en tête le Long chinois pour le dragon de glace et Bolla albanais pour celui de lumière. enfin j'attends quand même vos avis...?
merci quand même de ce magnifique topic merveilleux... un vraie cave aux trésors! =3





En passant, quand aux différents dragons, dans la bibliothèque du village juste à côté d'où j'ai l'habitude de partir en vacances, j'ai découvert cet été un livre citant un certain nombre de créatures (je me rappelle par exemple pour ce qui était dans les "dragons" de la légende de merlin, du basilic, de l'aspic et de pas mal d'autres cités ici) l'an prochain, si j'y retourne, je penserais à noter tout ça pour l'ajouter ici, même si je fais pas confiance à tout ce qui est dit dedans, certaines choses comme des explications de la vision du dragon occidental par les gens de l'époque etc... enfin plusieurs trucs assez sympa que je pourrais éventuellement partager ici %D

d'ailleurs si vous avez besoin de bannières ou autres, j'aime beaucoup dessiner les dragons (ce que vous pouvez voire sur DA est un peu vieux, par contre, je fais plus exactement la même chose pour ce qui est du digital) je peux vous en faire bien volontiers~



EDIT : je viens de le voire, le lien sur mon ava est faux et j'ai plus le psd. c'est abusooru.deviantart.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.abusooru.deviantart.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dragons et mythologie.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dragons et mythologie.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Dragon Galactique :: Le Dragon Déchaîné :: Le Dragon Déchaîné-
Sauter vers: